Pour que la vérité soit rétablie! Mr Debbouze.

Lettre ouverte à Jamel Debbouze
ROGER HOLEIN
Président du Cercle National des Combattants
LETTRE OUVERTE À M. JAMEL DEBBOUZE
ET À SES AMIS ACTEURS ET CINÉASTES
Messieurs… Vous avez presque tous la double nationalité. En grande
majorité néanmoins, vous êtes nés en France…
Vous avez acquis des métiers prestigieux, en France, et pour certains
d’entre vous, vous avez fait fortune… en France.
Alors, une question lancinante m’obsède jour et nuit : Vous êtes bien ici de
votre plein gré ? Personne ne vous a obligé à venir chez nous ? et personne
ne vous empêche de repartir ?
Si vos parents ont cru bon de quitter leur pays d’origine pour s’installer
sur le territoire français, c’est bien parce qu’ils savaient que leur vie, dès
lors, et celle de leurs enfants, seraient meilleures ici qu’outre
Méditerranée ?
Alors, dans vos films, pourquoi cette hargne, cette volonté constante de
vouloir “touiller” le pus des plaies de notre Histoire, en faisant toujours
porter le principal des fautes par la France ?
Dans le film « Indigènes », tout n’était pas mauvais, mais l’esprit était
faux.
Vous avanciez comme argument “massue” le fait que la retraite de ces
soldats était ridicule.
C’est vrai : Mais elle l’est pour tous les soldats, car il y a la retraite du
combattant… et la retraite pour 15 ans de service minimum. Elles n’ont
rien à voir l’une avec l’autre.
A titre d’exemple : Moi, j’ai été résistant, j’ai fait 3 séjours de guerre en
Indochine, plus l’Algérie.
Je suis médaillé militaire, j’ai plusieurs citations ; j’ai été 2 fois blessé au
combat, et je touche 212,19 € de pension tous les 6 mois, soit environ 35
€ par mois, et je n’ai même pas la Légion d’Honneur !

Les troupes Nord africaines n’ont jamais été « la chair à canons » comme
vous voulez toujours le laisser entendre.
Vous oubliez sciemment les 170 000 pieds-noirs qui, avec les indigènes,
presque tous volontaires, composaient l’Armée d’Afrique.
Les unités d’élite “blanches” ont payé plus que le prix du sang et de
l’honneur.
Vous n’êtes pas sans savoir que, le 7 février 2010, le Parlement algérien a
déclaré qu’il allait faire adopter une proposition de loi, “criminalisant” les
130 années de présence française en Algérie.
Le sieur Bouteflika compte pour cela demander des milliards d’euros de
dédommagement à la France, avec en plus… des excuses…de la repentance…
le reniement de tout ce qui fut notre passé.
En voilà assez ! Il vous faut donc savoir quelle est votre position quand
la France est ainsi attaquée, bafouée.
Il vous faut, que vous le vouliez où non, choisir votre camp !
Vous ne pouvez pas… être ici… et là-bas, tout du moins en paroles ! Le
dernier film de M. Rachid Bouchareb, « Hors La Loi » commence, lui,
par des erreurs flagrantes, des oublis, des affirmations qui sont des
contrevérités historiques.
Ce monsieur sait ce qu’il fait, ce qu’il dit.
Ne déclarait-il pas le 21 juin 2009 au journal El-Watan à Alger… vouloir
« rétablir la vérité historique » et ainsi… « déballer tout » à travers ce
long métrage de 2h30, dont 25 minutes seraient consacrées aux
évènements du 8 mai à Sétif et Kerrata (Oui 25 minutes !).
A Sétif, tout a commencé par des mini échauffourées, des défilés
revendicatifs, et ce dès le 1er mai 1945. Tout avait été programmé par le
congrès des « Amis du manifeste algérien », car le FLN n’existait pas
alors.
De marche pacifique en marche… de la dignité, tout a basculé dans le
drame avec les tueries et les atrocités, le 8 mai 1945, et cela au nom du
Djihad, aux cris de « Á bas la France », « Vive l’indépendance ».
Le commissaire de police Oliviéri, débordé, jeté au sol par les émeutiers, a
tiré en l’air pour se dégager.
En l’air ! Pas dans le tas ! Ce qui transpirait alors c’était la haine du
roumi mise au goût du jour par la radio du Caire depuis des semaines.
Cela donna des scènes de violences inouïes, de mutilations effroyables,
n’épargnant ni les femmes, ni les enfants en ce jour de fête de la Victoire,
au milieu des hurlements hystériques et des “youyous” des femmes.

C’était la folie ! Jusque dans les maisons envahies… les Européens furent
éventrés, émasculés, les femmes et les fillettes violées ! Les bébés découpés
en morceaux à la hache !
Dans la foulée, aux 400 Européens dont 300 femmes et enfants
massacrés, s’ajoutaient déjà 800 musulmans, connus pour leur amour de
la France, dont de nombreux anciens combattants forcés d’avaler leurs
médailles !
Oui, la réaction des civils fut anarchique et sanglante, mais n’était-ce pas
ce que voulaient les instigateurs de la révolte ? Car ils étaient seuls !
Á cette époque, l’Algérie était presque totalement dépourvue de troupes.
Dans les jours qui suivirent ce furent en partie des unités musulmanes en
formation qui rétablirent l’ordre, alors qu’ailleurs, souvent, des ouvriers
arabes sauvaient leurs patrons.
Quand l’armée intervint en plus grand nombre, 10 000 armes furent
récupérées !
Voilà messieurs, les vérités que votre film escamote ! Si vous désirez la
liste, les massacres que par la suite le FLN perpétua, bien souvent sur
des musulmans qui refusaient de renier la France, je me tiens à votre
disposition pour ce faire. En voici déjà quelques exemples… El Halia…
hommes, femmes, enfants, débités à la hache, le 20 août 1955, rien que
des ouvriers, des mineurs, chrétiens et musulmans.
Des bébés cloués sur les portes des granges avec des pioches.
Le massacre de Palestro le 18 mai 1956, où des appelés tombés dans une
embuscade ont été non seulement tués, c’était la guerre, mais mutilés, les
yeux crevés, le sexe tranché mis dans la bouche, le ventre ouvert.
Le massacre de Melouza, le 28 mai 1957, où toute la population
musulmane de la Mechta-Kasba fut exécutée par le FLN, 300 cadavres
et 150 blessés, du seul fait qu’ils appartenaient au MNA, mouvement
politique concurrent, mais “nationaliste”.
Les noms de tous ces lieux où furent perpétrés des attentats horribles
restent gravés dans les mémoires de tous les pieds-noirs, de tous les
musulmans qui servirent la France, de tous les soldats qui firent leur
devoir !
C’est-à-dire tous ceux que le dépravé ministre Frédéric Mitterrand, ose
traiter, dans Le Parisien , de nervis d’extrême droite… une saloperie de
plus ! Ajoutant que ce film n’est pas historique, mais une fiction ! Mes
souvenirs, eux, ne sont pas une fiction !
J’entends encore comme une longue litanie, au milieu des corps déchiquetés
baignant dans des mares de sang, des pieds, des jambes, des bras, des
têtes, des tripes… étalées partout… éclaboussant les murs… les cris et les
pleurs de gens du peuple, hébétés, hommes rudes en pleurs, gamines

mignonnes dans leur robe de bal, devenant folles de douleur !
Rendons donc hommage à toutes ces victimes innocentes que vous et vos
amis oubliez… du stade municipal d’Alger, du stade d’El-Biar, du casino
de la Corniche, du Clos Salembier, d’Hussein-Dey, de la Redoute, de la
Casbah et de tous ces quartiers d’Alger qui virent périr des centaines de
martyrs.
Il aura fallu que la télévision française ose (et elle a osé) donner une
tribune à toutes ces poseuses de bombes. Certaines vivent chez nous, en
France, comme vous messieurs, mais aucune d’elles n’a fait preuve du
moindre regret, du moindre remord, ne serait-ce que vis-à-vis du piètre
résultat, du calamiteux résultat de l’INDÉPENDANCE ALGÉRIENNE.
Qu’ont donc fait les dirigeants algériens de l’Algérie prospère… que De
Gaulle leur a donnée… avec en plus, en prime, le Sahara, son gaz et son
pétrole… qui n’ont jamais, jamais, été algériens. Le remerciement fut le
massacre de 100 000 harkis… soldats français, et l’enlèvement de
milliers d’Européens, dont certains seraient, aujourd’hui, toujours vivants.
M. Bouteflika ose comparer la présence française en Algérie à l’occupation
allemande en France !
A ma connaissance, au départ des troupes du Reich, 5 millions de Français
ne sont pas partis s’installer en Allemagne.
Pour mes amis et moi-même, la guerre d’Algérie est terminée, le peuple
algérien est indépendant… les problèmes de l’Algérie sont ses problèmes.
Si nous refusons la repentance, nous refusons aussi qu’il soit dit et écrit
que cette guerre, que notre armée a gagnée militairement, fut un combat
sanglant entre l’armée française et la totalité de la population d’Algérie.
Cela est faux ! Comme le reste !
Messieurs, je ne vous salue pas, je vous plains

Retour à l'accueil