A l'Elysée,pour Noël: un Noël… islamisant, « gay friendly »  et avec fusil-mitrailleur !

Aux armes les enfants !

L’étrange Noël de l’Élysée

« Soyez sages et puis surtout soyez heureux parce que tout ce qu’on fait, c’est pour vous rendre heureux. » Il ne s’agit pas du message que le président de la République délivrera aux Français lors de ses voeux mais de celui qu’il a souhaité transmettre aux 600 enfants invités mercredi dernier au palais de l’Elysée. Pour un Noël… islamisant, « gay friendly » et avec fusil-mitrailleur !

Heureusement que les parents des chérubins sélectionnés n’ont pas été interrogés sur la phrase de François Hollande, tous n’auraient pas forcément eu le sentiment que c’est dans le sens du bonheur de leurs enfants que ce gouvernement travaille actuellement. Et il n’est pas certain que les quelques « stars » conviées auraient suffi à les faire changer d’avis. D’autant que ce n’était pas du premier choix, ni un choix judicieux pour fêter Noël… Forcément, quand on oscille entre 15 et 20 % d’opinion favorable, il ne faut pas commencer à être trop exigeant sur les invités qu’on va coller au pied du sapin. Manifestement, les peoples qui venaient garnir les premiers rangs des meetings de François Hollande pendant sa campagne, et n’avaient pas hésité à s’afficher lors de la célébration de la victoire place de la Bastille, se font un brin plus discrets désormais.

Un invité d’honneur musulman et militariste !

Du coup cette année, pour le Noël de l’Elysée, les 600 petits invités, dont des enfants de taulards, ont eu droit à deux chanteurs issus de la téléréalité (Matt Pokora et la déjà anonyme Luce), à la troupe de danse « hip-hop » Pockemon Crew et à un danseur inconnu voici six mois: Brahim Zaibat. C’est celui dont toute la presse a parlé, omettant quelques détails gênants pour le chef de l’Etat.

Danseur professionnel, Brahim Zaibat s’est fait connaître à travers sa relation amoureuse avec la chanteuse Madonna et sa participation à l’émission « Danse avec les stars ». Le « boyfriend français » de Madonna a fait les délices de la presse people. Du coup, avant que leur relation ne s’achève. Madonna l’a congédié il y a tout juste deux semaines –, le danseur issu lui aussi du hip-hop a lancé sa marque de vêtements. Le nom: Defend Paris (en français dans le texte…). Le logo: un fusil-mitrailleur surmonté du nom de la marque! (ci-contre) Sur la page Facebook officielle de la firme, le titre s’affiche en arabe. A croire qu’il a participé aux rapports sur l’« intégration » de la France dans les flots de l’immigration.

Ce que tendrait à confirmer une photo diffusée par Defend Paris où l’on voit un individu, vêtu aux couleurs de la marque, tenir dans son dos un « gun »: un flingue!

Et pour ce Noël présidentiel, Brahim Zaibat est arrivé à l’Elysée vêtu d’un sweat-shirt de sa marque, vêtement sur lequel figuraient une croix, une étoile juive et un croissant! Pour « défendre la coexistence », pacifique, forcément pacifique… Car on a oublié de vous dire: l’invité vedette du Noël de l’Elysée 2014 est musulman. Et, avait rapporté « Paris Match » dans un article élogieux: « Il est très croyant, “pour avoir les pieds sur terre“. » Il est en effet pratiquant, accomplit le nombre requis de prières quotidiennes et, quand sa mère a appris qu’il sortait avec Madonna, elle a un peu toussé. « Je ne suis pas enchantée par l’idée que Brahim sorte avec une non-musulmane », avait-elle confié…A distance, Madonna, partie financer la construction d’écoles coraniques, avait dû rassurer – ou pas – la maman de Brahim en expliquant quel le belle influence le jeune homme, né de père algérien, et l’un de ses amis, exerçaient sur elle. Catholique converti au judaïsme, elle s’était mise à étudier le Coran: « Je pense qu’il est important d’étudier tous les livres saints. Comme mon ami Yaman [Yaman Okur, danseur lui aussi, né à Pontoise] me dit toujours: un bon musulman est un bon juif, et un bon juif est un bon chrétien, et ainsi de suite. Je ne pourrais pas être plus d’accord. Pour certaines personnes, c’est une pensée très audacieuse. » Aux Etats- Unis, peut-être, mais en France, on est tellement ouverts…

Le cavalier de Valérie est une icône gay !

A l’Elysée, Brahim Zaibat a donc joué les stars et il n’y aurait rien eu d’étonnant à le voir embraser la piste de danse s’il ne l’avait fait, croix, étoile et croissant sur le poitrail, en compagnie de Valérie Trierweiler! Une Trierweiler métamorphosée et qu’on ne savait pas habitée par la fièvre du samedi soir – en-dehors de la transe tribale dans laquelle elle avait sombré en octobre dernier lors d’une visite en Afrique du Sud.

Ce 18 décembre, Valérie a pourtant dansé aux bras, dans les bras et même collée-serrée avec Brahim Zaibat. Et très objectivement, les images ne laissent pas le moindre doute sur le plaisir qu’elle a éprouvé lors de cet exercice. La rigide Valérie (rigide, pas frigide), bien barjot, avait les yeux qui pétillaient face à l’athlétique Brahim – dont les tablettes de chocolat sont sur le ventre et pas planquées dans le tiroir de la table de nuit – et est même allée jusqu’à lui glisser quelques mots à l’oreille. Ce qu’elle lui a dit? Eux seuls le savent. Du coup, notre imagination fertile s’enflamme (comme les yeux de Valérie). Difficile de dire si c’est le type « exotique » de Brahim, son déhanché oubien sa célébrité qui ont ainsi fait chavirer Dame Valérie. Il faut avouer que pour une journaliste de « Paris-Match », l’ex-boyfriend de Madonna, c’est autre chose que l’ex-compagnon de Ségolène! Politiquement aussi. En ce mois de décembre 2013, Brahim Zaibat a été élu « homme le plus sexy de l’année » par le magazine homosexualiste « Têtu »! Celui qui était encore le compagnon de Madonna était décrit ainsi: « Il n’a pas que des abdos en béton et des pectoraux parfaitement dessinés: il est par ailleurs attaché à l’égalité des droits et se montre fier de faire la couverture de “Têtu“. Qui dit mieux? » Allez François, un petit effort… Valérie s’est tellement trémoussée dans les bras du beau Brahim qu’on en était presque mal à l’aise pour François. Enfin, me direz-vous, si on commence à avoir honte pour lui à chaque fois qu’il est ridicule, cela va devenir compliqué. Contentons-nous donc d’avoir honte simplement à chaque fois qu’il humilie la France, c’est déjà bien suffisamment fréquent. La courte vidéo de la danse entre Valérie et Brahim nous montre elle carrément un François Hollande débarquant penaud, puis goguenard à la fin de la danse. Une scène qu’on croirait sortie d’un mauvaise vaudeville. « Ciel, mon mari! » On n’en finit plus de rire quand, nous prenant un peu pour ce que nous nous efforçons de ne pas être, Brahim Zaibat affirme dans la presse qu’il ne savait pas qui était cette femme avec qui il a dansé… Et Noël, il ne savait pas non plus que c’est une fête chrétienne? Heureusement, pour les chenapans, les véritables stars n’étaient ni Matt, ni Brahim, ni même François, mais plutôt Franklin, Kiki, SamSam et leurs amis. Ça n’élève certes pas le niveau mais ça leur a évité de se demander ce qu’un musulman était venu faire à la Noël.

Cette année, même le lapin était crétin

Franklin, Kiki, SamSam et leurs amis ne sont pas des danseurs de « hip-hop » mais des personnages issus de l’univers commercial qui sert désormais de monde enfantin (dessins animés, bandes dessinées, jeux vidéo, jouets).

Un casting de rêve – forcément, c’est plus facile de coller un costume en peluche sur un intérimaire que d’avoir des vraies célébrités – avec donc: la Panthère rose (clin d’oeil aux LGBT?), Franklin la tortue, la Schtroumpfette (une image dégradante et rétrograde de la femme aurait dit Najat), le superhéros SamSam, le petit singe Kiki et un « lapin crétin ».Il n’en fallait évidemment pas plus pour que les réseaux sociaux s’emparent de l’affaire. « Breaking News: remaniement! » La photo des héros de dessins animés posant sur les marches de l’Elysée s’est retrouvée présentée comme un remaniement ministériel version « Gulli » ! Même si, notamment en ce qui concerne le lapin, une analogie avec certains d’entre eux semblerait tout à fait possible, il paraît néanmoins difficile d’affirmer que ces personnages de fiction seraient des avatars symboliques de ministres ou responsables du PS. Mais ces satanés internautes n’ont pas forcément les précautions auxquels nous, journalistes justiciables à merci, nous nous astreignons.

Allez, zappons vite. Il était à peine 17 heures quand la fête s’est terminée car Angela Merkel, la chancelière allemande, était attendue en ces lieux. Là où

le lapin crétin et Kiki posaient, là où l’ex d’une star faisait danser la concubine du président. La comédie du pouvoir pouvait reprendre, ou plutôt continuer.

Lionel Humbert

Retour à l'accueil