Sur l’immigration, la classe politique n'a pas voulu entendre le peuple.

Qui a voté pour l’immigration ?

Posted On 20 nov 2013

By : Jean-Patrick Grumberg

Comments: 18

Sur l’immigration, la classe politique a totalement ignoré l’opinion publique.

La seule vérité est que les Français de souche n’ont jamais voté pour, ni voulu que ses repères soient modifiés par une culture étrangère. C’est pourtant ce que la classe politique leur a imposé.

Aujourd’hui, en Seine Saint Denis, par exemple, les communautés historiques se sont vues progressivement imposer un environnement maghrébin. Les habitants historiques de Saint Denis n’ont jamais voté pour, n’ont jamais voulu de cette immigration, mais la classe politique la leur a imposée.

Où est la démocratie dans tout cela ?

Sur cette question très importante de l’immigration, la France n’a jamais été une démocratie.

L’immigration du Maghreb et d’Afrique a considérablement modifié les conditions de vie et le sentiment d’appartenance de la quasi-totalité des communautés blanches partout en France.

De Lille à Marseille, les Français blancs, avec leurs profondes racines culturelles, homogènes, ont été aliénés dans leur propre pays. La plupart des Français de longue date ont ce sentiment que la France leur a échappé. Et le point important n’est pas que ce soit bien ou mal, xénophobe ou légitime, mais que cela a été fait sans leur accord.

Et pourtant, les politiciens ne cessent de parler des « avantages de l’immigration. »

Les Français n’ont jamais voté pour cela. Aucun gouvernement n’a jamais reçu de mandat pour imposer une culture étrangère sur le peuple français. Les habitants de Mantes la Jolie ou d’Amiens ne voulaient pas vivre parmi les Arabo-musulmans et les Sub-sahariens, mais c’est ce qui leur a été imposé.

Les hommes politiques pourront autant qu’ils veulent faire appel à la générosité, parler de terre d’accueil, de solidarité ou de nécessité économique et de main d’œuvre dans les années 60. Une chose qu’ils ne peuvent pas avancer, c’est que les Français ont demandé, choisi, voté pour cette immigration.

Avant et après la Seconde Guerre mondiale, les travailleurs se sont battus pour obtenir un Etat-providence, la couverture sociale, les congés payés, les soins médicaux, le chômage, les aides sociales.

Dans les années 70, les conditions étaient en place pour qu’ils profitent de leurs « acquis sociaux » et d’une amélioration de leur qualité de vie.

Mais ce n’est pas arrivé.

Au lieu de cela, l’Etat-providence a attiré des millions d’arabo-musulmans et d’Africains et les a installés dans les zones habitées par cette classe ouvrière.

Le résultat a été une énorme pression sur leur niveau de vie, et la destruction de leur héritage culturel, qui les a finalement marginalisé, et obligé à vivre dans l’ombre de la mosquée et du kebab du coin, impuissants.

La réalité est que la classe politique n’en a tout simplement que cure.

La plupart des Français blancs des classes moyennes et modestes ne pourront plus jamais échapper aux conséquences de l’immigration. Front National ou pas. Ils ne peuvent pas échapper aux écoles où l’on parle à peine le français. Aux commerces où l’on ne vend que du halal. Ils sont de plus en plus contraints à vivre dans des enclaves, marginalisés dans ce qui était autrefois leur communauté. Ou à laisser leur place et partir vers un quartier provisoirement, très provisoirement plus protégé.

Et cela, ce n’est pas la démocratie. Car il est certain que ce n’est pas ce que les gens voulaient. La politique d’immigration est la décision la plus anti-démocratique jamais adoptée par la classe politique démocratiquement élue.

Sur l’immigration, la classe politique a tout simplement ignoré l’opinion publique. Et elle l’ignore toujours.

Car la vérité veut de reconnaitre que les deux partis dominants, UMP et PS, sont entièrement engagés dans une immigration à grande échelle.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Et bientôt, la Turquie entrera dans l’Union européenne…

Un sondage Gallup a révélé que la principale raison pour laquelle les Turcs soutiennent l’adhésion à l’UE est qu’elle leur permettra de se déplacer vers l’Ouest.

La France soutient l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Et il est difficile d’ignorer que les immigrés ne flânent pas à Saint Germain des Près. Ni dans les beaux quartiers.

Vous ne les trouverez pas près de la résidence secondaire du président Hollande. Ni du domicile de Nicolas Sarkozy. Pourtant, ces deux dirigeants soutiennent pleinement l’imposition à grande échelle de l’immigration sur la population française.

Sur le thème de l’immigration, la démocratie française est une imposture.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Librement inspiré de thecommentator.com

Retour à l'accueil