Prenons exemple sur les Français de Tahiti

Manifestation à Tahiti : les musulmans sont venus nous coloniser, pas de mosquée ici !

Publié le 15 novembre 2013 par André Galileo - Article du nº 329

http://www.dailymotion.com/video/x171gof_la-chari-a-faut-pas-charrier_news

Les méthodes pour le moins suspectes d’un imam de Seine Saint Denis à la conquête de Tahiti.

Voilà comment l’islam, avec la coupable complaisance d’élus avides de leurs votes, avance, sans respect des lois, dans le mensonge et la tromperie en métropole.

Mais Tahiti ne s’est pas laissé prendre, pour l’instant…

«Les musulmans sont venus nous coloniser, pas de mosquée en Polynésie ! »

http://static.dreuz.info/wp-content/uploads/geo_18610211.jpg

En photo, L’imam El Barkani et Teaki Teikivaeoho

Teaki Dupont Teikivaeoho, élue UMP de Polynésie ne mâche pas ces mots : « Nous sommes un peuple tolérant et ouvert mais qui a été colonisé il y a 140 ans. Si la religion Chrétienne est très répandue et fait désormais partie de la culture polynésienne, ce n’est pas du tout le cas de l’islam.»

Teikivaeoho : «La tenue, l’apparence et les pratiques de cet “imam“ (Hishan El Barkani) qui est arrivé de Seine St Denis en octobre pour installer une mosquée à Tahiti, ont heurté les Polynésiens. »

Teikivaeoho : « Il est venu en conquérant au lieu de faire preuve d’humilité et de sincérité. Son comportement irrespectueux a soulevé une très forte opposition parce qu’il a rouvert la blessure de la colonisation.»

Teikivaeoho : « Il est parti du principe que la religion musulmane est bonne pour le Polynésien tout en ne connaissant absolument rien à la Polynésie. Les Polynésiens lui ont signifié qu’ils ne sont pas d’accord avec sa vision néocolonialiste.»

Teikivaeoho : « La banlieue parisienne n’est pas la Polynésie et réciproquement. Il (Hishan El Barkani) peut avoir, comme beaucoup de gens, le rêve de venir en Polynésie, mais qu’il ne vienne pas en conquérant néocolonial. »

Un collectif s’est créé spontanément par des citoyens heurtés par l’attitude de l’iman immigré de Seine Saint Denis « Pas de mosquée en Polynésie » et organisé sur Facebook.

Le samedi 9 novembre 2013 de 9h à 12h heure locale, une marche pacifique à Papeete, est partie de la place To’ata. Les organisateurs ont invité les personnes souhaitant participer à se doter de paréo, de fleurs, de toere (percussion Tahitienne) et de pù.

Charles Fong Loi, adjoint au maire de Papeete en charge des affaires d’urbanisme, de son coté, dénonçait sans la langue de bois métropolitaine, le comportement de cet islamiste conquérant :

« Ce qui est en vérité en cause dans cette affaire, c’est le comportement d’un individu venant dont ne sait d’où, qui cherche à s’imposer sans obéir à nos règles de droit et à une exigence minimale de transparence sur son origine, ses moyens et leurs sources, ses méthodes et ses objectifs fondamentaux. » Il poursuit, « Cette attitude que je considère comme provocatrice, confine fort logiquement à l’inquiétude de nos compatriotes, sensibilisés par le spectacle tragique de l’actualité mondiale. Nous ne pouvons pas être sourds à cette inquiétude, tant la clameur est grande – et vous l’avez tous constaté – dans les conversations du public, les réseaux sociaux et les médias. »

Charles Fong Loi : « Je ne peux que constater comme vous, que cette personne qui se prétend Imam ne présente pas toutes les garanties d’une transparence et d’une honnêteté intellectuelle au vu des propos qu’il a pu tenir en face de moi. » Et d’expliquer, « Ce, le locataire m’a simplement fait savoir, qu’ayant rencontré Monsieur le Haut-commissaire, et que celui-ci lui avait répondu que les lieux pouvaient recevoir du public. » plus loin encore, « Comme je le disais plus tôt, en tant que représentant du ministre de l’intérieur, chargé des cultes, il est logique que le représentant de l’Etat (le Haut-commissaire) l’ait informé des formalités à accomplir pour mener en toute régularité ses activités cultuelles. »

Charles Fong Loi de poursuivre, « Cependant, doutant fortement que Monsieur le Haut-commissaire ne l’ait jamais dispensé d’avoir à respecter notre règlementation d’urbanisme, j’ai pris contact – devant ce locataire- avec Monsieur le directeur de cabinet du Haut-commissaire pour obtenir confirmation des propos du locataire. »

Il affirme ensuite, «Comme je le pressentais, j’ai eu pour réponse du cabinet du Haut-commissaire un démenti total et absolu. »

L’indignation de Charles Fong Loi devant la Taqya de l’mam !

L’adjoint au Maire de Papeete s’indigne, « Le locataire n’en démord pas et maintient qu’il a reçu un accord verbal du Haut-commissaire, et va même plus loin en déclarant que le Haut-commissaire le ferait protéger contre des menaces de mort qu’il aurait reçues. »

« C’est donc fort de ces informations que j’ai signifié au locataire d’adresser à l’autorité compétente, en l’occurrence la commune de Papeete, un dossier complet de sécurité avec l’accord du propriétaire qui l’autorise à changer les locaux à usage de bureaux en lieux de prières. »

« Dans le cas où je devrais constater la présence effective de prières avec du public, je me verrais dans l’obligation d’user des pouvoirs de police d’adjoint au maire et procéder immédiatement à la fermeture d’autorité des lieux, jusqu’à leur éventuelle autorisation et mise en conformité. »

L’élu a évoqué, désignant l’islam, « Le spectacle tragique de l’actualité mondiale », et il a raison.

Le coran ordonne aux musulmans les plus pieux d’installer l’islam sur la terre entière et d’y faire régner la sharia.

L’islam avance par petits pas insidieux, se servant de toutes les prérogatives et droits de la démocratie, pour mieux, ensuite la faire disparaitre, mais ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est la résistance des citoyens les plus conscients du danger en métropole, et là-bas à Tahiti.

André GALILEO

Retour à l'accueil