Il faut souhaiter qu'une racaille le caillasse!!! Aprés on en reparlera.

Mélenchon demande aux Français de se laisser assassiner par les racailles

Publié le 30 novembre 2013 par Martine Chapouton - Article du nº 331

Décidément, Mélenchon n’en rate pas une ! Après avoir insulté les Bretons et les Bonnets rouges, le voilà qui s’en prend aux détenteurs d’armes à feu. Rassurez-vous, il ne descend pas dans les cités où les Kalachnikov sont légion. Il ne proteste pas quand un compatriote est sauvagement assassiné par une racaille présentée par lui est ses acolytes comme une chance pour la France.

Non, pour une fois, c’est le contraire. Un cambrioleur multirécidiviste a vu sa carrière abrégée parce que un bijoutier qui, au lieu de laisser tuer sa femme menacée par une arme, a osé tirer à quatre reprises sur un voyou multirécidiviste, déjà condamné à dix ans de prison, et à ce jour en liberté grâce aux disciples de sa copine Taubira.

Super-Méluche ne voit aucun problème devant la terreur quotidienne que subissent des millions de nos compatriotes, comme le démontre Laurent Obertone dans son livre « France Orange Mécanique ». Par contre, qu’un bijoutier – forcément du côté de l’ordre bourgeois, selon la dialectique Mélenchon – ose tuer, en état de légitime défense, un cambrioleur arabo-musulman délinquant multi-récidiviste – donc forcément victime de l’injustice sociale et du racisme post-colonial – fait réagir le président de Parti de Gauche. Mélenchon, le bouffeur de curés, l’anti-catholique primaire, nous fait le coup de « Tu ne tueras point ».

Décodage du discours du président de Parti de Gauche : « Racailles issues de la diversité islamistes, égorgez en paix les enfants de colonisateurs ».

« Français, laissez-vous massacrer, car se défendre avec une arme, c’est fasciste ! »

Il est vrai que Mélenchon ne s’est toujours pas remis de la victoire de Charles Martel, à Poitiers, en 732, et qu’il aurait préféré la victoire des soldats d’Allah.

Au moins ce laquais du système a une cohérence : il préfère l’islam au catholicisme, il préfère l’étranger à la France.

Martine Chapouton

Retour à l'accueil