Ils ont tous le "froc" sur les pieds devant l'Islam!!

Face à l’islam, Valls n’a pas plus de courage que Sarkozy ou Chevènement

A l’occasion de la cérémonie officielle (1) qui a consacré la première promotion de fonctionnaires et cadres musulmans formés aux religions et à la laïcité, Manuel Valls a rappelé qu’il fallait construire un « islam de France », et le construire «sereinement, en prenant le temps, mais avec détermination».

Le problème est que Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, tenait des propos identiques dès 2003 lorsqu’il a créé le Conseil Français du Culte Musulman, dans l’espoir d’avoir un « islam de France » et non un « islam en France ».

En effet, depuis la fameuse consultation initiée en 1999 par Jean-Pierre Chevènement pour que naisse un « islam à la française »(2), autrement dit pour que les musulmans de France épousent les lois laïques et républicaines, il n’est pas un discours émanant de nos instances dirigeantes qui n’ait insisté sur cette nécessité, dont dépend notre « cohésion sociale ».

Cela devrait nous rassurer… s’il n’y avait justement cette insistance, qui revient comme un leitmotiv, et qui prouve par là même son propre échec, pour une raison toute simple : c’est que les fondamentaux musulmans ne sont en aucun cas laïques et républicains. Il n’est que de lire le Coran et les hadiths (3) pour s’en apercevoir !

Tous les écueils rencontrés depuis plus de trente ans viennent donc de revendications musulmanes contraires à nos valeurs.

Le comble, c’est qu’au lieu de défendre nos valeurs, nous les adaptons aux exigences musulmanes. Je n’en veux pour preuve que l’acceptation du halal, et par suite de l’Aïd, alors que nous sommes le pays de la Déclaration Universelle des Droits de l’Animal(4), dans laquelle l’article 3 stipule que : « Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse ».

Qu’importe ! Chaque année, dans toutes les communes de France, l’Aïd donne une image de ce qu’est la souffrance de centaines de milliers d’animaux agonisant durant de longues minutes après avoir eu la gorge tranchée(5). Les nombreuses associations de protection animale pourront protester tant qu’elles voudront, elles ne seront pas écoutées puisqu’elles ne sont pas musulmanes !

Pire : en dénonçant cet égorgement de masse, elles deviennent ipso facto racistes, fascistes et xénophobes ! Elles doivent donc être condamnées, voire interdites ! Elles ne l’étaient pourtant pas quand elles fustigeaient le massacre des bébés phoques, mais ça, il ne faut pas le dire !

La peur est effroyable quand elle favorise le silence, mais elle l’est plus encore quand ce même silence favorise l’illusion. Or, en l’occurrence, l’illusion de Manuel Valls est la même que celle de Nicolas Sarkozy et de Jean-Pierre Chevènement, chacun estimant que « l’organisation d’une confession minoritaire(6), dans le cadre des lois françaises, peut constituer une expérience intéressante et bénéfique pour l’islam lui-même »(7).

Ce faisant, nos trois ministres taisent deux évidences : la première, c’est que l’islam ne sera pas toujours « minoritaire » en France ; la seconde, c’est que cette religion est un tout qui n’a besoin que de lui-même, parce qu’il parachève le message divin.

Une politique qui se heurte à une religion de cette nature, et qui pense néanmoins s’en sortir en excluant la « solution autoritaire, imposée d’en haut »(8) a perdu d’avance : Dieu est toujours « plus grand » !

Maurice Vidal

Retour à l'accueil