-Le président syrien Bachar al-Assad a accordé une interview au journal français Le Figaro,

Syrie : Deux témoignages qui torpillent les alibis Obama-Hollande

Acte 1 -Le président syrien Bachar al-Assad a accordé une interview au journal français Le Figaro, au cours de laquelle il a affirmé que la stabilité dans la région dépend de la situation en Syrie.(1)

Confidences que Hollande aurait bien aimé pouvoir censurer !

Eh oui ! ce grand stratège aurait préféré que nous n’ayons jamais connaissance de la version du principal intéressé, et que l’on se borne à avaler sans mâcher, ce que « moi, président je » dégoise depuis plusieurs jours, dans le fallacieux espoir d’effectuer à nouveau une remontée dans les sondages… il est bien le seul (hormis peut-être un ex-collaborateur et ami) à croire que c’est encore possible !

Manque de bol, les petits doigts des surfeurs du Net et des Réseaux sociaux, l’ont devancé en publiant la parole du pestiféré dénoncé par les « grands de ce monde » (fou rire nerveux), parmi lesquels un certain jour de mai 2012, une erreur de casting a gravement chamboulé la vie des citoyens Français, qu’ils vivent en métropole ou à l’étranger !

Mais laissons la parole au Président Bachar qui, d’inconnu et indifférent qu’il m’était il y a peu, est devenu un personnage politique qui malgré ses zones d’ombre bien réelles, me fascine néanmoins par son courage, sa détermination à ne pas se laisser intimider par l’armée des jean-foutres, et surtout le brio avec lequel il ridiculise Obama-Zorro et son caniche Hollande-Garcia, bien vite lâchés par ceux qui, moins bornés qu’eux (ou moins mauvais) ont senti eux, que cette histoire sentait le roussi et allait les entraîner bien trop loin.

Comparez les explications rationnelles et humaines de celui qu’on nous dépeint sous l’unique facette de monstre sanguinaire, avec les bégaiements de notre olibrius se prenant pour un grand homme, ou encore les explications alambiquées d’Obama dont le masque a de plus en plus de mal à cacher son véritable visage.

Bachar Al Assad : « … les zones dont on parle sont des zones peuplées. Y utiliser des armes de destruction massive signifie des dizaines de milliers de morts. Toutes les accusations se fondent sur les allégations des terroristes et sur des images vidéo arbitraires diffusées sur internet …«

« … nous estimons que l’homme fort est celui qui empêche la guerre, et non celui qui l’enflamme… »

« … L’homme puissant est celui qui reconnaît ses erreurs. Si Obama était fort, il aurait dit publiquement : « Nous ne disposons pas de preuves sur l’usage de l’arme chimique par l’État syrien ». Il aurait dit publiquement : La seule voie est celle des enquêtes onusiennes. Par conséquent, revenons tous au conseil de sécurité … »

Avouez que cela a tout de même une toute autre allure que les hoquets de notre roquet national, prétendant vouloir se porter au secours du peuple syrien… lui qui se fout totalement des dangers que vit chaque jour le peuple français, encore bien amplifiés depuis son arrivée au pouvoir (de nuire, dans son cas précis) !

Et puis, cerise sur le gâteau, pour tous ceux qui rêvent de voir Pinocchio II le nez enfin embourbé dans dans ses mensonges, un nouveau témoignage vient renforcer le précédent. (2)

Acte 2 : L’enseignant belge Pierre Piccinin de retour de Syrieoù il avait été kidnappé en avril dernier, et relâché dimanche, affirme :

« C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise.Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie« , a-t-il déclaré à Luc Gilson dans une interview enregistrée à Gembloux pour RTL-TVi.

Il y raconte ensuite la trahison de l’armée libre qu’il était allé rejoindre, mais qui l’a remis entre les mains d’un groupe de bandits à coloration islamiste !

Il faut saluer l’honnêteté intellectuelle (tellement rare de nos jours) de cet homme, avouant qu’il soutient l’armée syrienne libre, mais qui par probité ne cautionne pas du tout les salades qu’essayent de nous vendre les scélérats (dont notre président bien détesté) aux ordres des grands financiers, lesquels tirent les ficelles au gré de leurs intérêts, en se moquant bien du nombre d’êtres humains qui laisseront leur vie dans ce mortel conflit … le tout dans l’odeur entêtante du pétrole gisant dans ces contrées, objet de toutes les rivalités.

Ah si seulement les services secrets de Hollandescu avaient pu intervenir à temps pour censurer la diffusion de ces douloureux témoignages, mettant à nu ses mensonges délibérés et à ses salamalecs envers Obama et les riches émirs, dont la plupart ont un coffre fort blindé en guise de cœur et de conscience !

Mais heureusement, il y a encore dans cette Europe dévastée par les forces du mal au pouvoir, quelques honnêtes gens qui tel Astérix, résistent encore et toujours aux intimidations employées par les sans-âmes pour vaincre la volonté de leurs opposants… se comportant ainsi exactement comme les dictateurs qu’ils ont la prétention de mettre au pas, quand ils en sont eux-mêmes les plus cyniques caricatures !

Les peuples que vous bernez à loisir, ont compris l’étendue de vos trahisons, et ne sont plus décidés à vous obéir au doigt et à l’œil pour vous suivre dans vos délires de grandeur, alors que vous n’êtes que de pauvres minus : vous avez tellement tiré sur la ficelle, messieurs, qu’elle est en passe de se casser, définitivement, et vous avec !

Josiane Filio

Retour à l'accueil